mercredi 4 janvier 2012

Fredaines pardonnées

Ce midi, le maître, après avoir fermé toutes les portes d'accès et avec beaucoup de discrétion, m'a quitté et  laissé seul à la maison.
Un peu avant, il avait sorti sa voiture sans doute pour ne pas m'inquiéter. Il s'est souvenu de ce que je pouvais faire lorsque je me sens trop seul  (voir billet du 23.12.2011) !
Dans les minutes suivantes, j'ai testé chaque porte et... j'ai pu ouvrir celle qui donnait sur la terrasse et le parking. Il avait non seulement oublié de la verrouiller mais en plus laissé la barrière ouverte !
Il ne m'a pas fallu une demi-journée pour savoir que c'était l'occasion rêvée de faire une exploration du quartier, à ma façon. J'ai ainsi fait la connaissance d'un énorme chien de la taille d'un Saint Bernard, super sympa, qui habite à 100 mètres. Je l'ai invité à venir à la maison pour se défouler dans notre petit jardin.
Lorsque le maître est rentré, je l'ai accueilli à sa descente de voiture dans le garage, accompagné par mon gros copain. Sa tête ! Il en est resté sans voix et n'a pu que tenter de refréner mes élans de joie de le revoir.
Je pense qu'en fin de compte je l'ai rassuré par ce qui en fait s'est soldé par une petite escapade et non par une grande évasion, peut-être sans retour.

3 commentaires:

  1. En vérité, je fus assez inquiet. Il aurait pu disparaître définitivement soit par accident ou une fugue. Dorénavant, je vérifie plusieurs fois la fermeture des portes et barrières avant de partir.

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve ça plutôt positif... mis à part le fait que tu ne fermes pas tes portes... Il est sociable et est revenu! L'écoute qui débute la semaine prochaine lui fera du bien. En plus il a l'air super futé le petit comique!

    RépondreSupprimer
  3. Euh, anonyme, c'est Micha bien sûr!

    RépondreSupprimer